• D221info

Trafic de passeports diplomatiques: Une diplomatie au rabais...


Les effets du village planétaire se fait sentir telle une onde sur l'eau calme perturbée par un plouf d'un caillou. L'onde de choc concernant le récent scandale mettant en cause des députés sénégalais au sein de l’hémicycle s'est ressenti sur les rives de la Seine. Le Quai d'Orsay, ministère des affaires étrangères français se saisi du scandal. En effet, l’affaire des députés cités dans un trafic de passeports diplomatiques, est actuellement sur la table de Jean-Yves Le Drian le ministre français de l’Europe et des Affaires Étrangères qui a été saisi par un Sénégalais.

Cette affaire présumée qui a de forts relents de trafic de migrants intéresse également la classe politique française notamment l’extrême-droite. En ces moments où le polémiste et journaliste Eric Zeymmour a le vent en poupe avec son cheval de bataille qui est la lutte contre l’immigration, cette affaire devient un dossier dont se saisissent le non encore déclaré candidat et la peésidente du Rassemblement National qui exigent tout la levée de la dispense de visas octroyée aux sénégalais titulaires de passeports diplomatiques et spéciaux.


Ce scandal touche les sénégalais vivant à l'étranger. Un franco-sénégalais excédé par ce énième scandale s'est saisi de l'actualité en alertant le Quai d’Orsay. Seybani Sougou a adressé à Jean-Yves Le Drian un courrier dans lequel il déplore, "La délivrance frauduleuse de passeports diplomatiques qui entache la crédibilité de l’État du Sénégal, nuit à l’image de la diplomatie sénégalaise et crée un climat de suspicion à l’endroit des bénéficiaires de passeports diplomatiques délivrés en bonne et due forme" pour ensuite préciser que "Les citoyens sénégalais sont les premières victimes des agissements des députés-passeurs".

Pour M. Sougou, "Se taire équivaut à enterrer définitivement ce scandale comme l’ont du reste été les autres en cours...". En effet un bref tour d'horizon des derniers scandals allant du trafic de faux billets de banque avec comme auteur principal le député Seydina Fall Boughazeli libéré malgré la gravité des faits, les rapports ayant épinglé les dignitaires du régime, le bradage foncier dont les maires , préfets et sous préfets sont les principaux instigateurs, etc …, le citoyen a énormément de difficulté à accorder du crédit à sa classe politique comme le confirment les craintes de Aliou Sané, le Coordonnateur du mouvement Y’en A Marre: "La plupart des sénégalais ont des doutes fondés par rapport aux enquêtes sérieuses que nécessite cette affaire extrêmement grave. Le fait est que justement s’il y a une enquête sérieuse et minutieuse, elle pourrait révéler des niveaux de responsabilités insoupçonnés". Il ne faudrait cependant pas mettre tous les oeufs dans le même panier.


Le Quai d’Orsay a fait savoir son intention de commettre un "audit" des titulaires de passeports diplomatiques qui séjournent en France au moment où les partisans de Marine Le Pen et Eric Zeymmour exigent tout simplement la fin de la dispense de visas pour les sénégalais titulaires de tels documents. Si les grandes figures de la classe politique sénégalaise et notamment la majorité présidentielle ne se bousculent pas devant les caméras et les micros pour se faire entendre, ce dossier est entré dans les différents états-majors et les landerneaux politiques français et les différents commentateurs politiques en ont fait leurs choux gras. Ces candidats, Éric Zeymmour et Marine Le Pen dont les programmes se résument essentiellement à la lutte contre l’immigration ou à durcir les conditions de séjour dans l’Hexagone et exigent le retrait du Sénégal de la liste des pays dont les titulaires de passeports diplomatiques et spéciaux sont dispensés de visas d’entrée.

Pour rappel, pendant la présidence Hollande, lors de négociations entre les deux gouvernement, français et sénégalais sur le système de quotas concernant les visas, un point d'achoppement sur la question des passeports diplomatiques a failli faire échouer les négociations. Aussi certains pays de l’UE traumatisés par l’importance du nombre des passeports diplomatiques sénégalais en circulation, voulaient instaurer le système de visa à cause de la "pagaille" constatée dans la délivrance de ce titre de voyage prestigieux. La Police de l’Air et des Frontières de plusieurs pays de l’UE avait constaté une affluence, avec l’arrivée sur leurs sols de familles en possession de passeports diplomatiques. Auparavant, les autorités américaines avaient pris des mesures contre des Sénégalais. Des plaintes dans les hôpitaux et autres structures publiques ont amené les Américains à douter du document officiel sénégalais.


La leçon de morale improbable nous vient de Sébastien Chenu, porte-parole du Rassemblement National de Marine Le Pen, qui assène que; "Ce qui est grave dans cette affaire, ce n’est plus le fait de pauvres jeunes désespérés qui au risque de leur vie, périssent entre les océans et le désert mais, des bandits à col blanc qui ne respectent pas la souveraineté du Sénégal encore moins les lois françaises". Pour Diane Ouvry porte-parole des amis d’Éric Zeymmour, la complicité des hommes politiques français qui, au nom de "l’intérêt supérieur" de la France, ferment les yeux sur des pratiques délictueuses qui sont une manière détournée et légale de conforter l’immigration clandestine. Benoît Hiberty, adjoint à la porte-parole du Quai d’Orsay en charge de l’Amérique, de l’Afrique et de l’océan Indien, et de la coopération de sécurité et de défense révèle que ses services ont bien reçu le courrier de M. Sougou et qu’une enquête est déjà ouverte et que la partie sénégalaise sera mise à profit pour situer les responsabilités".

  • Facebook - Black Circle
  • Twitter - Black Circle
Merci de nous laisser votre avis dans un esprit de respect et de tolérance