• D221info

Tafsir Ndické Dièye: "Nous ne devons pas accepter ce fascisme rampant".



D221Info

Depuis quelques semaines la tension socio-politique empêche un fonctionnement normal. Quelle analyse faites-vous du climat social et politique actuel du Sénégal?


Tafsir Ndické Dièye

Ces images de femmes, de jeunes, de membres de la société civile, de citoyens arrêtés, brutalisés que nos médias, par devoir d’informer, montrent aux enfants et aux jeunes de ce pays ne sont pas bonnes à voir.

Elles peuvent avoir des conséquences fâcheuses dans l’évolution de leur mental, dans leur façon d’appréhender la politique… elles offrent aux enfants et aux jeunes une dose de révolte qui risque de les transformer en boule de grogne, en volcan dont le réveil risque d’être fatal. A force de jouer avec le feu, on risque, un jour ou l’autre, de sentir le fagot. Ce pays est au bord du précipice, il ne faut pas chercher à apeurer les populations par la violence d’Etat ou d’émeutiers au point de le précipiter dans les abysses. Nous devons récuser la violence d’où qu’elle vienne. Nous devons aussi exiger que justice soit faite dans cette affaire et dans toutes celles qui l’ont précédées, et qui nous ont laissé un "goût d’inachevé", de "partialité judiciaire"; je veux nommer, entre autres les affaires Karim Wade et Khalifa Sall.

D221Info

Pourtant on dit que c’est une affaire de moeurs qui oppose deux citoyens sénégalais devant la justice.

Tafsir Ndické Dièye

Certes puisqu’une femme a déposé une plainte pour viol contre un homme, tous les deux étant des citoyens sénégalais. Cependant, nous pouvons légitimement nous demander pour quelle raison on a voulu qu’un député qui n’a pas été pris en flagrant délit fasse l’objet d’une convocation à répondre devant la justice sans la levée de son immunité parlementaire?

Ce bras de fer a conduit à un affrontement inacceptable et inutile entre forces de l’ordre et les militants et sympathisants dudit député.

Depuis ce jour, nous assistons à une sorte de "chasse aux militants et sympathisants" de ce député, avec cette façon d’utiliser la force républicaine à des fins troublantes, au point de heurter les esprits pétris de liberté et d’équité. Nous assistons de plus en plus à des débats dans les médias où, des "bouffons" du régime jouent au moulin à paroles pour nous démontrer manu militari que le monsieur est coupable, et ainsi, ils dansent plus vite que la machine judiciaire en s’étonnant qu’en face, des citoyens convaincus du contraire leur opposent leurs arguments. Le pays a besoin de paix, de concorde pour lutter contre la Covid 19; il n’a que faire de ces "perroquets" déchaînés qui passent tout leur temps à bruire jusqu’à devenir de véritables casse-pieds, ceci doit cesser; ils nous pompent l’air. Ses masturbations politiciennes qui ne produisent que de la diarrhée verbale contribuent à polluer d’avantage l’image du Sénégal. Cela n’apporte rien à notre pays. Le président doit l’arrêter pour son propre bien et celui de la nation. Heureusement que Abbé Jacque Seck et Mame Matar Guèye de l'Ong Jamra s’investissent présentement pour une médiation visant l’apaisement l’instauration d’un climat de paix dans le pays.


D221Info

Qu’est-ce que vous reprocher aux méthodes utilisées pour gérer cette crise?

Tafsir Ndické Dièye

Nous ne voulons pas que le "fascisme" s’installe au Sénégal avec sa méthode coutumière: Problème Réaction Solution. Il faut créer le Problème de façon à pousser le peuple à réagir et utiliser les failles de sa Réaction pour trouver la Solution à une ambition fasciste. Créer des problèmes avec comme objectif celui de pousser son peuple à réagir, soit par la violence, soit par la fatalité consistant à dire: "laissons faire, un jour ou l’autre, Dieu mettra un terme à notre souffrance". Et, en brandissant des arguments du genre: "... celui qui se fait tuer dans une manif est le seul perdant car la vie continue après son enterrement, que les gens vont commenter l’affaire autour de leur tasse de thé pendant quelques temps puis l’oublient". Ce genre d’illusion nous fait peur.

Dans le premier cas, c’est-à-dire une réaction violente face aux problèmes créés par un régime fasciste, on aboutit à une situation telle que personne ne parlera plus d’élections ou d’acquis démocratiques à préserver, mais plutôt de paix à rétablir. Ce qui donnerait au système un argument pour repousser les élections et du temps pour mieux mater les récalcitrants, apeurés ou corrompre les autres. Mais attention au revers de la médaille. Car une telle violence pourrait aussi tout balayer sur son passage, Prince et courtisans emportés par le même ouragan qu’ils auraient créé eux-mêmes.

Dans le deuxième cas, celui de la fatalité, la conséquence d’une telle attitude serait de pousser les populations à se taire et se terrer chez eux, à ne plus résister à l’oppression. Le régime, bénéficiant de la tendance des populations à tout remettre sur le dos de la volonté divine, pourrait tout se permettre, y compris prolonger subtilement son règne, et user de la force pour rester au pouvoir.

Faire peur aux populations en brimant et emprisonnant, de temps en temps, des manifestants avec l’argument fallacieux consistant à dire que "force doit rester à la loi" ou "les forces de l’ordre étaient en légitime défense", est souvent, dans un régime fasciste une démarche lâche et atrocement criminelle très usitée. Elle ne grandit aucun pays du monde. Nous ne voulons point d’un tel système chez nous; le régime en place doit l’éviter à tout prix. Le président doit écouter ceux qui l’aident, par leurs conseils, à rester démocrate. Une république a toujours besoin d’une opposition forte, d’une société civile forte, et d’une opinion publique critique. Les arrestations d’opposants et d’activistes se multiplient, nous souhaiterions que cela prenne fin. Nous souhaiterions qu’ils soient tous libérés. Un tel acte pourrait participer à faciliter le travail de médiation entamé par Abbé Jacque Seck et Mame Matar Guèye en faveur d’un apaisement de la tension sociale dans notre pays. Cette sorte de radicalisation des deux parties n’apporte rien à notre pays.

  • Facebook - Black Circle
  • Twitter - Black Circle
Merci de nous laisser votre avis dans un esprit de respect et de tolérance