• Bacary Goudiaby

George FLOYD, un an après...


George Floyd, un afro-américain, de son nom complet George Perry Floyd Jr., est né le 14 octobre 1973 à Fayetteville dans l'État de Caroline du Nord, mort lors de son arrestation par la police le 25 mai 2020 à Minneapolis, dans l'État du Minnesota, lors de laquelle un policier blanc, Derek Chauvin, le maintient menotté et en plaquage ventral avec son genou sur sa nuque durant plus de neuf minutes pendant que le pauvre Floyd soupirait son tristement célèbre: "I can't breathe". Les images de son arrestation et la nouvelle de sa mort mènent à une vague de protestations aux États-Unis et dans d'autres pays du monde.

Depuis, les policiers impliqués dans sa mort sont licenciés de la police le lendemain et Derek Chauvin est inculpé pour meurtre au troisième degré et homicide au second degré, puis pour meurtre au second degré. La mort de George Floyd conduisent à des manifestations et des émeutes contre le racisme et les violences policières dans l’agglomération de Minneapolis-Saint Paul, puis dans le reste du pays et dans le monde entier dans les jours qui suivirent, et à de nombreuses réactions de protestations dans le monde politique, culturel et sportif. Le 21 avril 2021, à l'issue de son procès Derek Chauvin est déclaré coupable de trois chefs d'accusation et immédiatement écroué.

Un an après, la famille de George Floyd a été reçue par Joe Biden à la Maison Blanche. Ce dernier a loué le "courage extraordinaire" de la famille Floyd qui est devenu un symbole aux Etats-Unis et au-delà. Son agonie a provoqué une mobilisation inédite, sa supplique "I can't breathe", "Je ne peux plus respirer" s’est transformée en cri de ralliement contre les abus des forces de l’ordre.

Mais les membres de la famille Floyd, qui sont devenus les porte-voix de cette lutte, martèlent que les lignes doivent bouger en profondeur, faisant pression sur le Congrès pour qu’il adopte une grande loi de réforme de la police qui porte son nom.

"Si vous pouvez faire une loi fédérale pour protéger un oiseau, le pygargue à tête blanche, vous pouvez faire une loi fédérale pour protéger les personnes de couleur", a lancé le frère de George Floyd, Philonise, après avoir rencontré le président américain et la vice-présidente, Kamala Harris.

Sur le front législatif, les choses avancent lentement. Lors de son premier grand discours devant le Congrès, fin avril, Joe Biden avait appelé les élus à adopter le "George Floyd Justice in Policing Act" d’ici le premier anniversaire de sa mort. Mais il est toujours en débat au Sénat.

Le texte voté par la Chambre des représentants prévoit notamment l’interdiction des prises d’étranglement et vise à limiter la large immunité ("immunité qualifiée") dont jouissent les policiers américains. Cette modification est le point dur de la négociation.

S’il n’y a pas encore de "grand soir" au niveau fédéral, les Etats et les villes avancent. Certaines localités tentent des expérimentations pour diminuer le risque de bavure, en désarmant par exemple les agents chargés de la sécurité routière.

A l’approche du premier anniversaire de la mort de George Floyd le 25 mai 2020 sous le genou du policier Derek Chauvin, ses soutiens et ses proches ont défilé dimanche à Minneapolis. Environ 1.500 personnes ont marché dans la métropole du nord des Etats-Unis et se sont jointes aux membres de la famille Floyd et aux proches d’autres Noirs morts dans des confrontations avec la police. Le rassemblement a débuté par des discours devant le bâtiment où Derek Chauvin a été reconnu coupable de meurtre le 20 avril.


Un an après la mort de George Floyd, Minneapolis, comme plusieurs états américains, est toujours marquée par la violence et face à une flambée des homicides et des agressions armées. Un an après le meurtre de George Floyd, l’égalité raciale reste à conquérir aux Etats-Unis et en Europe.

Lors des funérailles de George Floyd, mort étouffé, le 25 mai 2020, sous le genou de Derek Chauvin, le pasteur Al Sharpton, vétéran de la lutte pour les droits civiques, avait déjà déclaré: "Tu as changé le monde, George". La victime, âgée de 46 ans, aurait pu s’ajouter à la liste des "hommes noirs non armés tués par la police chaque année" − environ 250 aux Etats-Unis. Mais ses neuf minutes d’agonie, filmées par une passante, ont en effet semblé changer, sinon le monde, au moins une certaine vision que l’Amérique a d’elle-même.

  • Facebook - Black Circle
  • Twitter - Black Circle
Merci de nous laisser votre avis dans un esprit de respect et de tolérance