• Bacary Goudiaby

Du rêve d'hier à aujourd'hui.

Joe Biden et Kamala Harris savourant leur victoire dans une complicité militante.

Depuis des siècles, le cours de l’histoire connaît régulièrement des temps forts, des tournants, des moments historiques. De la conquête de l’ouest à la guerre de sécession. De la déclaration universelle des droits de l’homme à l’abolition de l’esclavage. Du siècle des lumières au premier pas de l’homme sur la lune. De la "Der des der" à la création de l’Onu.

Joe Biden a finalement été proclamé vainqueur. Après trois jours d'incertitude dus aux dépouillements dans plusieurs états disputés, l'ancien Vice-Président d'Obama a remporté le scrutin face à Donald Trump, et devient ainsi le 46e président des États-Unis.

Biden a franchi le cap des 270 votes du collège électoral après avoir remporté la victoire en Pennsylvanie. La lenteur avec laquelle les résultats ont été proclamés a été due à une vague de votes par correspondance qui a retardé le traitement de certains bulletins de vote.

À 77 ans, Biden devient le plus vieux président jamais élu. Il devient aussi le président d'un pays qui fait face à une conjonction inédite de plusieurs crises, raciale, sanitaire, économique, sociale et politique.

Après 2008 suite à l’élection de Barack Obama, les communautés noires de la planète le torse à la possibilité à nouveau d’avoir un des nôtres à la tête du plus puissant pays de la planète. La patrie d’Abraham Lincoln. Les États-Unis d’Amérique.

Eh oui nous ne rêvons pas "Comme à son époque avec Barack Obama, Kamala Harris est prête à être Vice-présidente des États-Unis". Pionnière, Kamala Harris (56 ans, le 20 octobre) l’a été souvent. Elle sera la première femme à occuper ce poste. Comme celle d’un audacieux alpiniste, sa carrière est jalonnée de «premières». C’était le cas en 2004 à la tête du parquet de San Francisco comme lorsqu’elle devint procureur général de Californie en 2011. La dame n’a pas froid aux yeux. Quand, en 2019, sénatrice depuis deux ans à peine, elle décida de se lancer dans la course aux primaires démocrates.

En regardant les images de la cérémonie du discours du "President Elect" qui nous parvenaient de son fief du Delaware, nous, nous surprenons à rêver qu’en France un jour un candidat issu des minorités, ou des banlieues de Vénissieux, Vaulx-en-Velin, de la Seine Saint-Denis, de la Courneuve ou encore Massy puisse défendre ses chances d’être élu président de la France. Il nous faudra d’abord transcender la question raciale aussi bien du côté noir que du côté blanc. Car jusque là, pour ce qui des questions concernant la places des populations qualifiées de "Diversités", la France est toujours plus que timorée.

Voila près de cinquante ans qu’un utopiste nommé Martin Luther King, animé d’un rare optimisme rêvait pendant que son peuple croulait sous le poids des matraques et des morsures des chiens de la police blanche des États-Unis, de voir les enfants des anciens maîtres et les enfants des anciens esclaves grimper au sommet de la montagne main dans la main. Aujourd’hui les descendants des maîtres et des esclaves ont réalisé ce rêve. Ils ont main dans la main d’abord mis Barack Obama à la Maison Blanche et aujourd’hui Kamala Harris.

Mais l’intensité de ma joie historique est atténuée par la une des titres français. En France, on revient sans cesse sur la prétendue menace qui plane sur la vie de Monsieur Biden et de Mme Harris. On nous présente des visages hagards d’individus qui semblent être surpris de focaliser autant d’attention sur leur insignifiante personne qui est moins importante à leurs yeux que celle d’une fille d’immigrés devenue Vice-présidente qui aura un bureau presque ovale dans la vieille maison immaculée de Pennsylvania Avenue. En, France, si une personnalité de poids, noire ou d’origine maghrébine, était en position de se présenter à la présidentielle ce qui est loin d'être le cas, personne en France penserait qu'elle risquerait de se faire assassiner, elle risquerait simplement de n'avoir aucune chance de se faire élire..!

On se souvient encore une fois de plus, le visionnaire Obama voyant juste lors qu’il déclarait : «Les Usa est le seul pays ou mon rêve en tant que noir de devenir président est possible».

  • Facebook - Black Circle
  • Twitter - Black Circle
Merci de nous laisser votre avis dans un esprit de respect et de tolérance