• Viviane Fortune

Sister Assa Traoré.


Volumineuse et remarquable coupe afro et portant toujours un tee-shirt "Justice pour Adama", Assa Traoré, qui n'était pas connue du milieu militant avant son engagement dans la lutte pour la vérité sur la mort de son frère est devenue le visage de la lutte contre les violences policières parvenant ainsi à fédérer autour de sa cause et du slogan "Justice pour Adama" tous ceux qui croient qu’il existe d’une manière ou d’une autre une injustice pour les personnes issues des communautés et une justice à deux vitesse. Elle se voit aujourd'hui comparée à "Angela Davis".

Adama Traoré mort le 19 juillet 2016, le jour de son 24ème anniversaire sur le sol de la caserne de la gendarmerie de Persan (Val-d'Oise) lors d'une interpellation incarne autour des circonstances encore non éclaircies de sa mort le symbole de ces "dossiers sans suite" mais c’est sans compter sur la détermination de la "Angela Davis française". Assa Traoré a depuis fait sien le combat contre les violences policières. Elle se bat comme une vraie "Soungoutou" de la cour royale de Sounjata Keïta. Elle enchaîne manifestations, prises de parole, interviews. Épaulée par un solide "comité" composé de proches et de militants des quartiers, elle réclame inlassablement "vérité et justice" pour Adama. Sa "vérité" à elle est que son frère a été "tué".


"Adama", un prénom devenu aujourd’hui le symbole de la lutte contre les violences policières en France parce qu’une sœur opiniâtre et déterminée le scande sans relâche depuis quatre ans. A chaque fois qu’elle prend la parole, elle revient sur l’histoire de son frère qui est devenue celle de sa famille et de sa communauté qui toujours avec elle.

Par la force des choses les réseaux sociaux ont rapproché deux histoires tragiques de deux victimes noirs mortes entre les mains de policiers blancs.

"Je n’arrive pas à respirer". Un ultime agonisant appel à l’aide qui unit désormais Adama Traoré et George Floyd dans la mort. On ne peut plus parler de la mort de Adama sans penser à Floyd, ce noir américain de 46 ans, asphyxié par un policier lors de son arrestation à Minneapolis, dont l’agonie a été filmée. Les images de l’homme suppliant "I can’t breathe" ont enflammé les États-Unis et ensuite ont ému le monde entier à travers des manifestations qui exhument par la même occasion des noms longtemps passés sous silence: Zyed Benna, Bouna Traoré, Cédric Chouviat, Lamine Dieng, Babacar Gueye, Ibrahima Bah, Rémi Fraisse, Angelo Garand, Steve Maia Caniço, Zineb Redouane… tous morts lors d’une intervention policière.


Devenue militante à temps plein, elle n'a jamais repris son travail d'éducatrice spécialisée, cette mère de trois enfants voit son influence dépasser les frontières d’une hexagone dans laquelle elle bénéficie de très peu de soutien d’un intelligentsia à la qualification facile. En effet en France, ses positionnements continuent de susciter la controverse, plusieurs intellectuels dénonçant une "racialisation" du débat public, au mépris de "l'universalisme républicain". On lui donne vite l’étiquette d’une "communautariste qui ne fait pas confiance à la justice de son pays".

Puisque nous ne sommes plus à l’époque des "sources autorisées", le "combat Adama" qui jusqu'ici était plutôt limité aux quartiers et aux sphères militantes, l'émotion suscitée par la mort de George Floyd lui a donné une autre ampleur et une notoriété planétaire. Avec son comité, Assa Traoré a rassemblé début juin des milliers de personnes dans la capitale et des centaines d'autres partout ailleurs en France. Le "combat" d'Assa a aussi franchi les frontières. Plusieurs journaux américains ont fait son portrait ces derniers jours et la star Rihanna s'est fendue d'un post sur les réseaux sociaux via le compte de sa marque pour saluer son engagement. Le 28 juin 2020 Assa recevait le prix Global Good de la part de la Black Entertainment Television (BET), une chaîne de télévision qui remet des prix chaque année à des personnalités afro-américains ou issues de minorités. Global Good, aux États-Unis. Pour elle, "C'est une reconnaissance pour toutes les victimes, pour toutes les familles qui ne cessent de lutter pour la vérité et la justice".

  • Facebook - Black Circle
  • Twitter - Black Circle